Swims : un nouveau groupe plein de promesses

Du haut de ses 18 mois d’existence, SWIMS s’affirme comme le nouveau partenaire de référence des praticiens de la physiothérapie et de la médecine du sport. Le credo de ce jeune groupe : conjuguer innovation, sens du service, réseaux de distribution et formation, en s’appuyant sur la complémentarité de ses équipes et de son duo de dirigeants.

Né en juillet 2018, le groupe Swims est le fruit du rapprochement de quatre sociétés aux métiers complémentaires. D’un côté, trois distributeurs, dont le groupe SMS, premier diffuseur de matériel de rééducation sur le marché français, Axone et MediPro. De l’autre, Winback, une entreprise spécialisée dans le développement d’appareils de physiothérapie innovants. Le nouvel ensemble est piloté par Pierre-Nicolas Lebas et Christophe Buée, qui présidaient auparavant aux destinées de SMS, pour l’un, et de Winback, pour l’autre. Il compte aujourd’hui une centaine de collaborateurs, trois implantations en France, à Toulouse, Nice et Lille, ainsi que cinq filiales à l’international. « De mon côté, j’ai repris SMS en 2009, se souvient Pierre-Nicolas Lebas. Basée à Toulouse, c’était alors une société régionale de distribution de matériel médical. Dans les mois qui ont suivi mon arrivée, j’ai choisi de concentrer nos efforts sur le secteur de la rééducation et de la médecine du sport, en nous appuyant notamment sur un appareil de cryothérapie compressive américain baptisé Gameready. Une fois le nouvel ensemble lancé sur les bons rails, nous avons engagé une stratégie de croissance externe pour gagner une véritable dimension nationale. » C’est d’ailleurs au cours de l’une de ces acquisitions que le groupe entre en contact avec Isatis Capital. « Nous sommes entrés au capital de SMS en 2014, confirme Nicolas Schwindenhammer, directeur associé d’Isatis Capital. Notre feuille de route était alors d’aider le groupe à devenir le leader français dans son domaine. Ensemble, nous avons atteint le résultat escompté ! L’étape suivante, pour le développement de SMS, consistait à se rapprocher d’un acteur centré sur le développement produit. »
Ce qui est précisément le cas de Winback, une société créée par Christophe Buée, en 2010, leader français de la tecarthérapie. Cette technologie traite des pathologies musculaires et articulaires complexes en soulageant immédiatement la douleur, avec, en outre, un gain de temps considérable par rapport aux méthodes de rééducation classiques. « Au fil des ans, notre catalogue s’est étoffé ; nous avons vendu 3 500 équipements dans le monde entier. Nous avons également déployé un dispositif d’académie de formation pour que les praticiens tirent le meilleur parti de la tecarthérapie, indique Christophe Buée. Nous ne distribuions pas nous-mêmes nos produits mais nous pouvions compter sur un réseau de partenaires performants, parmi lesquels figuraient d’ailleurs SMS, Axone et MediPro. »

« Nous voulons créer un leader de nationalité française sur le marché mondial de la rééducation et de la physiothérapie. »

Pierre-Nicolas Lebas
Dirigeant de Swims

Quand un distributeur rencontre un développeur…

Évoquée depuis 2017, la fusion de deux groupes de taille comparable, leaders dans leur domaine respectif, et de deux entreprises plus petites mais dynamiques et solides, avait tout pour convaincre d’emblée. « Swims, c’est avant tout une histoire d’opportunité et de complémentarité », note Nicolas Schwindenhammer. De fait, tous les protagonistes avaient des terrains de jeu différents mais se complétaient parfaitement : développement produit et distribution, implantation nationale et rayonnement international. Les personnalités des dirigeants étaient aussi pleinement compatibles et, enfin, le marché se prêtait à la constitution d’un nouvel acteur. Le secteur de la physiothérapie est un domaine de niche plutôt fragmenté. De grands groupes y sont présents, mais ils sont majoritairement issus d’autres secteurs : matériel médical, pharmacie, orthopédie… « Certains d’entre eux sont des mastodontes, mais l’herbe qu’ils ne voient pas à leurs pieds est abondante. Notre flexibilité nous offre toutes les chances d’en profiter », souligne à son tour Christophe Buée. Même état d’esprit positif chez Isatis Capital : « Quand Pierre-Nicolas Lebas nous a parlé de Winback, nous avons étudié le profil de l’entreprise et de son dirigeant. Nous avons été convaincus du potentiel de ce rapprochement, reprend Nicolas Schwindenhammer. Par ailleurs, nous avions déjà eu l’occasion, par le passé, de nous engager avec succès dans des projets similaires d’intégration verticale. Vitalitec, une PME bretonne que nous avons accompagnée, a réussi à conquérir la première place européenne sur un marché médical de niche avant d’être cédée à un grand groupe, indique ainsi Nicolas Schwindenhammer. Son ancien dirigeant est d’ailleurs aujourd’hui administrateur indépendant au conseil d’administration de Swims ! ».

« Nous aimerions devenir le “Décathlon” de la kinésithérapie en couplant distribution et innovation. »

Christophe Buée
Dirigeant de Swims

Construire le « Décathlon » de la physiothérapie

Une fois le rapprochement acté et engagé – l’intégration d’Axone devrait s’achever prochainement –, l’aventure de Swims entrera dans une nouvelle étape, celle de la création d’un véritable « esprit groupe ». « Une fusion à quatre, ça ne s’improvise pas, sourit Christophe Buée, surtout quand les implantations sont distantes de plusieurs centaines de kilomètres, que les métiers sont très différents et que la nouvelle équipe totalise pas moins de dix nationalités ! » Pour franchir le cap, les dirigeants de Swims ont décidé de consacrer toute l’année 2019 à consolider les fondations du nouvel ensemble en investissant particulièrement dans la formation et en explorant les futures synergies possibles. « Tout en ayant consolidé et fusionné les équipes et les activités du groupe en 2019, nous allons dépasser les 20 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance à deux chiffres par rapport à 2018. Nous comptons nous appuyer sur cette dynamique pour accélérer en 2020 », ajoute Pierre-Nicolas Lebas.
L’avenir justement, quel sera-t-il ? Pour résumer la stratégie de Swims pour les années qui viennent, Christophe Buée a une métaphore bien précise en tête : « Nous aimerions devenir le “Decathlon” de la kinésithérapie en couplant distribution et innovation, pour créer davantage de valeur ajoutée pour nos clients ». En s’inspirant de ce qu’a déjà su faire Winback sur la tecarthérapie et en intensifiant sa stratégie de partenariats industriels et scientifiques, Swims devrait ainsi lancer une demi-douzaine de nouveautés à l’horizon 2021, susceptibles d’apporter une réponse innovante aux attentes de différents publics, de la médecine sportive à l’univers de la femme, en passant par le suivi post-opératoire ou la prise en charge de la douleur et de certaines pathologies chroniques. Trois d’entre elles sont d’ores et déjà en voie de lancement commercial : un appareil de pressothérapie mobile (voir encadré ci-contre), un dispositif de cryothérapie couplé à de la pressothérapie et, enfin, un appareil qui repose sur l’action d’ondes électromagnétiques dites « scalaires », découvertes par Nikola Tesla. « Cette stratégie d’innovation se conjuguera au renforcement de notre modèle d’académie et surtout au développement de nos réseaux de distribution en France et à l’international, ajoute Pierre-Nicolas Lebas. À terme, nous voulons créer un leader de nationalité française sur le marché mondial de la rééducation et de la physiothérapie, actuellement dominé par des acteurs américains, allemands et japonais. » Pour cela, Swims poursuivra sur la voie qui a fait son succès jusqu’à présent, celle d’une croissance externe raisonnée et ciblée, couplée à un renforcement des capacités de développement interne. « Ces derniers mois, notre filiale coréenne nous a permis d’accélérer notre pénétration des marchés de l’Asie du Sud-Est, tout en soutenant notre politique de R&D, indique Christophe Buée. Nous comptons maintenant nous engager sur les autres régions phares de la physiothérapie que sont l’Allemagne, le Royaume-Uni, sans oublier les États-Unis, où nous avons déjà fait des premiers pas et signé des contrats prestigieux avec l’équipe de basket des Spurs de San Antonio, la fameuse clinique Mayo et même avec l’armée américaine ! »

Parcours express

Après des études à Sup de Co Bordeaux, Pierre-Nicolas Lebas occupe des fonctions d’analyste financier et de contrôleur de gestion dans plusieurs groupes internationaux avant de rejoindre le cabinet d’audit et de conseil Deloitte, où il s’occupe de fusions et acquisitions. Il est âgé de 28 ans quand il reprend, en 2009, le groupe SMS et en devient le Pdg.

Pour sa part, Christophe Buée est ingénieur de formation. Entrepreneur précoce, il monte une première société à l’âge de 24 ans. Après un retour, à l’âge de 33 ans, sur les bancs de l’école pour une formation en management international, il mène une carrière à l’international au sein du groupe Gemalto. En 2009, à 47 ans, il renoue avec l’aventure entrepreneuriale. Winback naît l’année suivante.

En bref

Création : 2018
Dirigeants : Pierre-Nicolas Lebas et Christophe Buée
Siège social : Villeneuve-Loubet
Activité : Développement et distribution de matériel pour la physiothérapie
Effectifs : 100 collaborateurs au niveau mondial,
5 filiales (Corée du Sud, Espagne, Italie, USA et Royaume-Uni)
Chiffre d’affaires 2019 : 20 millions d’euros
Fonds concernés par l’investissement : Isatis Développement 2 et 3

Découvrir Swims