Jean-Romain PY, dirigeant de SPPP, un entrepreneur-né

Jean-Romain Py a toujours eu envie d’être chef d’entreprise. Est-ce par atavisme ? Sans aucun doute, et la première occasion, alors qu’il n’avait que 35 ans, fut la bonne. Les gènes, depuis, n’ont pas menti.

Ainsi naissent parfois les dirigeants...

« Mes parents étaient chefs d’entreprise et j’ai toujours eu envie d’être entrepreneur », raconte Jean-Romain PY. Il ne lui restait qu’à trouver l’occasion de franchir le pas de l’entrepreneuriat. Elle viendra assez vite. Il se retrouvera P-dg à 35 ans de SPPP, devenu depuis un acteur de référence de la mise en peinture de pièces plastique et composites de carrosserie automobile. Mais, avant de s’inscrire dans la lignée familiale, Jean-Romain Py avait suivi un parcours qui, pour avoir été accéléré, n’en avait pas moins été bien rempli et lui avait donné les moyens de ses ambitions managériales. Le futur P-dg de SPPP avait commencé par suivre des études de commerce et de finance dans une école de commerce réputée, l’ESCCA, à Angers. Puis, il doubla sa formation à la vie des affaires à la Sherbrooke University, au Québec. C’est à l’étranger, également, qu’il commencera sa vie professionnelle. Il travaille en effet pendant cinq ans dans le grand cabinet d’audit et d’expertise comptable Mazars, à Budapest, en Hongrie.  « J’ai beaucoup apprécié ma première expérience à l’international », souligne-t-il. Il sera ainsi ravi de reprendre le chemin de l’étranger quand, devenu chef d’entreprise, il ouvrira le site de SPPP en Slovaquie. Après la Hongrie, il revient en France et entre chez Sora Composites, une entreprise spécialisée dans la fabrication de matériaux composites pour l’automobile, les machines agricoles et l’industrie, située en Mayenne. Il y occupe plusieurs fonctions de direction (directeur de site, directeur de projet structurel et directeur des opérations) jusqu’en 2012, où il profite d’un virage stratégique de la société pour passer de l’autre côté du miroir. C’est en effet à ce moment-là que Sora Composites décide de céder ses activités dans le secteur automobile et de mettre en vente ses lignes de peinture… le métier de la société SPPP. Jean-Romain Py ne pouvait pas rêver d’un meilleur alignement des planètes pour faire ses débuts d’entrepreneur. Il connaissait parfaitement les métiers dont Sora Composites se séparait pour en avoir été le dirigeant. Il était, pour la même raison, bien placé pour savoir que les lignes de peinture étaient une activité qui connaissait une croissance régulière et qu’elle affichait une solide rentabilité. Il était, pour ce qui le concernait, convaincu que le potentiel de développement était important. Il reprend alors les rennes de SPPP avec notamment l’accompagnement d’Isatis Capital. L’avenir et… les talents incontestables de dirigeant qu’il a su déployer allaient apporter la preuve que son analyse était la bonne. Jean-Romain Py a en particulier été servi par une vision stratégique qui lui a fait faire des choix industriels gagnants. De ce point de vue, le virage technologique pris par SPPP a été décisif. Fervent adepte de l’innovation, Jean-Romain Py est convaincu, comme il le dit lui-même, que  « les technologies doivent évoluer. L’industrie doit aller vers des technologies plus propres  », affirme-t-il. Il reconnaît qu’il est particulièrement heureux de pouvoir accompagner cette mutation dans le domaine d’activité de SPPP. La PME a su en effet, sous son management, transformer les contraintes environ-nementales liées à son secteur en facteurs clés de son succès. Ainsi grandissent les dirigeants d’entreprise…


« J’ai été bercé très jeune par la petite musique de l’entreprise. »

Jean-Romain PY
PDG de SPPP

Parcours express

Après avoir suivi un cursus de commerce et finance à l’ESSCA à Angers, Jean-Romain Py obtient un MBA à la Sherbrooke University, au Québec. Il rejoint le grand cabinet d’audit et d’expertise comptable Mazars, à Budapest (Hongrie), où il reste cinq ans. Il entre ensuite chez Sora Composites, où il occupe pendant cinq ans plusieurs fonctions de direction avant de devenir PDG de SPPP, en août 2012.

Une ambition, un engagement

Jean-Romain Py a eu la chance rare de pouvoir suivre un parcours professionnel qui épousait ses propres convictions et envies. Le pas décisif franchi par la PME sur la voie des technologies propres lui apporte une double satisfaction. « C’était une ambition professionnelle, dit-il. Mais cette décision correspondait également à un engagement personnel pour une mutation écologique. »

Découvrir SPPP Lire notre article sur SPPP