NGI : Didier Sensey, entrepreneur à mi-vie

La vie de chef d'entreprise de Didier Sensey a commencé le jour où l'entrepreneuriat s'est imposé à lui comme une évidence. À l'approche de la quarantaine, il ne se voyait pas rester éternellement dans un grand groupe.

Les managers seraient-ils frappés, eux aussi, par la « crise de la quarantaine » ? Didier Sensey a, en ce qui le concerne, magistralement résolu la sienne: il a fait en quelques années de la petite entreprise qu'il a reprise en 2006, à l'approche de ses 40 ans, le premier acteur français consacré à l'accompagnement des centres d'imagerie médicale. Le président du groupe NGI avait derrière lui un beau parcours d'une dizaine d'années chez un grand éditeur américain de logiciels, PTC , où il avait piloté des grandes ruptures technologiques et accompagné les transformations qu'elles rendent indispensables dans les organisations. Mais Didier Sensey a alors, comme il le dit lui-même, « le sentiment de tourner en rond ». « Je ne me voyais pas rester encore dix ou quinze ans dans la même entreprise, raconte-t-il. Je ne me voyais pas davantage rejoindre une autre grosse structure. » Conclusion : « L'évidence de l'entrepreneuriat surgit », constate le futur président de Groupe NGI.

« J'ai toujours été passionné par le changement technologique et j'avais envie de reprendre une entreprise évoluant dans un secteur en profonde mutation. »

Didier Sensey
Président de NGI

Après s’être posé les bonnes questions, Didier Sensey a su y apporter les bonnes réponses. Il décide de reprendre une entreprise plutôt que d'en créer une pour, dit-il, « maintenir le niveau de vie familial » (il est marié et a des enfants). Il recherche une entreprise à reprendre dans un secteur d'activité qui est sur le point de connaître une rupture technologique puisqu'il s'agit d'un exercice managérial auquel il s'est déjà livré avec succès. Il reprend alors Numerix, une petite entreprise de maintenance de matériel de radiologie qui, contrairement à ce que le nom pouvait laisser penser, n'opérait que sur un support analogique. Il la transformera en championne numérique. En 2006, les radiologues étaient encore de simples « photographes ». Les centres d'imagerie médicale sont aujourd'hui de véritables entreprises dont toutes les activités sont entièrement numérisées. « J'ai repris un petit photographe de quartier pour en faire un Photoservice », aime à raconter Didier Sensey. C'est par l'intermédiaire d'un ami gestionnaire de patrimoine qu'il entrera en contact avec le cédant qui, explique-t-il, « ne se sentait pas l'envie de gérer la révolution technologique à laquelle étaient promis les cabinets de radiologie et préférait passer la main ». Le relais s'effectuera dans des conditions idéales : le cédant restera deux ans dans l'entreprise.

Didier Sensey ne cache pas que la vie d'entrepreneur n'est pas un long fleuve tranquille. Elle l'est d'autant moins quand le débit dudit fleuve grossit aussi vite. Mais, pour lui, le principal défi auquel est confronté le chef d'entreprise est humain. « Les ressources humaines jouent un rôle capital dans l'accompagnement du changement dans une entreprise, affirme-t-il. Il faut être constamment entouré des meilleurs profils ». Une chose est sûre : le président du groupe NGI a toutes les raisons de se féliciter chaque jour d'avoir pris cette décision à mi-vie « quand, comme il le dit, il était encore temps de la prendre ».

Le marathon du manager

Marathon de Paris, marathon de Lyon, ou encore Saintélyon, le mythique raid nocturne entre Saint-Étienne et Lyon... Didier Sensey connaît la solitude du coureur de fond. Mais c'est une solitude bien remplie. Ce marathonien endurci dit avoir trouvé la solution de beaucoup de problèmes auxquels il était confronté en courant. Les endorphines, produites pendant l’effort, seraient-elles le meilleur outil de management ?

Parcours express

Après des études en école de commerce, Didier Sensey occupe pendant dix ans des postes de direction chez un grand éditeur de logiciels américain, PTC. Il reprend en juillet 2006 Numerix, une entreprise d'installation et de maintenance de matériel de radiologie, devenue groupe NGI en octobre 2015, après le rachat de Global Imaging On Line, le leader français des systèmes d'information dédiés à l'imagerie médicale.

Portrait de NGI

Entreprendre est une belle aventure