Makheia, prêt pour le combat

Makheia est devenu, en quelques années, le premier groupe indépendant français de communication digitale. Isatis Capital accompagne depuis 2011 la transformation spectaculaire de l’entreprise, qui a développé un modèle économique inédit.

La vie est un combat, pour une entreprise comme pour chacun d’entre nous. Et la meilleure façon de s’y préparer est d’en maîtriser l’art. Quand Édouard Rencker crée Makheia, en 2009, le nom qu’il donne à son groupe de communication n’a pas été choisi au hasard : c’est ainsi que se dit « l’art du combat , en grec ancien. Cet ancien journaliste économique a montré, depuis, qu’il s’agissait d’une discipline dans laquelle il excellait. Il a fait d’une petite agence éditoriale le premier groupe indépendant français de communication digitale. L’agence Sequoia, spécialisée dans la production de contenus (des articles) pour la presse et les entreprises, qu’il avait créée en 1985, est aujourd’hui l’une des agences leaders du marché de la communication d’entreprise, et fait désormais partie d’un groupe de communication beaucoup plus vaste, ayant su prendre en un temps record le virage de la digitalisation, qui a révolutionné le secteur de la communication.

Makheia a développé un modèle économique inédit, faisant le lien entre les stratégies de communication et les écosystèmes digitaux, entre l’innovation digitale et la production de contenus à valeur ajoutée, entre les plates-formes sociales et les stratégies relationnelles multicanales (des médias sociaux aux mobiles en passant par les « consumer magazines , magazines destinés aux consommateurs d’une marque).
Le groupe de communication est organisé autour de trois pôles stratégiques : l’innovation et les stratégies digitales, des médias sociaux aux mobiles (avec les agences Big Youth et Megalo), le « brand content  (le contenu de marque) et les stratégies éditoriales (avec l’agence Sequoia), l’activation business et relationnelle (avec l’agence Affinity).
Le groupe a réalisé l’écosystème digital de Safran, la plate-forme sociale d’Heineken, de nombreux sites internet (près d’une centaine, dont le site mondial de Michelin, de Ferrari ou encore de Monabanq), consumer magazines, des plates-formes d’e-commerce (une grosse partie de celle de Kenzo) et des applications pour mobile (en particulier pour la Société Générale).
« Nous proposons à nos clients une stratégie de contenus, explique Édouard Rencker, P-dg de Makheia. C’est cette approche, qui nous différencie de nos grands confrères.  Et il ajoute : « Nous intervenons sur toute la chaîne du digital – de la définition de la stratégie jusqu’à sa mise en œuvre technique – sur tous les supports, quelle que soit la cible.  C’est un positionnement unique... qui n’a pas échappé aux équipes d’Isatis Capital, devenue un actionnaire de référence de Makheia.

« L’ubérisation bouscule tous les business models et nous condamne à être créatifs et efficaces en permanence. »

Édouard Rencker
P-dg de Makheia group

Une rencontre atypique

La rencontre s’est faite dans des conditions inhabituelles. Guillaume Lebrun, membre du directoire d’Isatis Capital, raconte qu’il avait repéré l’entreprise en Bourse, où elle était cotée depuis 2009 sur le marché Alternext (l’introduction en Bourse avait permis la sortie des actionnaires historiques de l’entreprise). Il achète, alors, un paquet d’actions. Les fonds d’investissement gérés par Isatis Capital sont, pour la plus grande partie, investis dans des entreprises non cotées, mais également, pour une petite partie, dans des entreprises cotées en Bourse. Guillaume Lebrun dit avoir été séduit par la personnalité d’Édouard Rencker et par la stratégie qu’il avait l’intention de développer. « Makheia était, alors, une agence de communication établie, mais ses méthodes de travail étaient traditionnelles, raconte-t-il. Édouard Rencker avait compris que la digitalisation révolutionnait les métiers de la communication. 
Makheia devait procéder à des opérations de croissance externe ciblées pour acquérir les nouvelles compétences dont le groupe avait besoin pour digitaliser ses prestations.

« Nous avons apporté, en 2013, à Édouard Rencker le financement qui lui a servi à accélérer le développement de son entreprise et à prendre le virage du digital , explique Guillaume Lebrun, toujours aussi impressionné par la capacité d’écoute et la pertinence de la vision stratégique du P-dg de Makheia.

Depuis qu’Isatis Capital a procédé à ses premiers investissements dans le capital de Makheia, le groupe a fait sa mue vers le digital, maniant croissance organique et croissance externe (quatre acquisitions en cinq ans, dont trois dans le digital). Édouard Rencker se félicite de l’appui de son partenaire, qui lui apporte un « regard extérieur très précieux . « Les équipes d’Isatis Capital font preuve d’une capacité d’analyse époustouflante, affirme-t-il. Leur lecture de la structure financière de l’entreprise est extrêmement utile. Ils trouvent toujours le ratio auquel vous n’avez pas pensé. Isatis Capital est un excellent partenaire, intelligent, efficace et bienveillant , résume-t-il.

« Makheia a réussi, en trois ou quatre ans, à transformer radicalement ses métiers et ses process de management. »

Guillaume Lebrun
Membre du directoire d’Isatis Capital

Doubler de taille

Ce ne sont pas, en tout cas, les futurs combats à livrer – et à gagner – qui manquent. « Nous avons le potentiel pour doubler encore de taille, affirme Édouard Rencker. C’est le digital, qui porte aujourd’hui la relation entre les marques et les consommateurs.»  Et il ajoute, visionnaire, une fois de plus : « Nous n’imaginons pas, aujourd’hui, la moitié de ce par quoi se traduira, demain, la digitalisation de l’économie .»

Portrait d'Édouard Rencker, PDG de Makheia Group

Entreprendre est une belle aventure