Jérôme Giacomoni, quand passion rime avec succès

Président d'Aérophile, il a fait d'une passion de jeunesse une magnifique réussite entrepreneuriale en permettant à tous de connaître dans les airs des émotions extraordinaires.

J’adorais voler en montgolfière, raconte Jérôme Giacomoni. Le président du groupe Aérophile aimait tellement voler qu’il avait monté un club de montgolfière pendant ses études à l’École polytechnique. « J’avais envie de faire partager ma passion et de trouver le moyen de faire en sorte que tout le monde puisse voler à un prix raisonnable, raconte-t-il.

Jérôme Giacomoni, comme Matthieu Gobbi, cofondateur d’Aérophile, est un pur « produit des grandes écoles. Ils ont l’un comme l’autre fait l’École polytechnique et l’École nationale des ponts et chaussées. Tous deux sont des « X-Ponts. C’est en sortant des Ponts et chaussées, en 1993, que Jérôme Giacomoni et Matthieu Gobbi ont créé Aérophile S.A. L’idée du grand ballon captif était née dans l’esprit des deux cofondateurs de la société, en 1992. Le premier exemplaire d’une longue série s’envolera à Chantilly deux ans plus tard. « Matthieu et moi sommes de vrais copains , souligne Jérôme Giacomoni. Non seulement les deux créateurs du groupe Aérophile ont fait leurs études dans les mêmes grandes écoles et sont des camarades de promotion, mais ils sont nés le même jour de la même année…

Le duo a tout d’abord été hébergé dans un cabinet d’avocats, là où la mère de Matthieu Gobbi exerçait. Depuis, le tandem a pris son envol et fonctionne toujours parfaitement. Jérôme Giacomoni s’interdit de tirer de son expérience personnelle une loi universelle. Quand la question lui est posée de savoir si une entreprise gérée par deux amis marche mieux qu’une autre, il répond : « Il n’y a pas de règle . Il se trouve que le parcours commun des deux fondateurs d’Aérophile, depuis vingt ans, constitue un vibrant plaidoyer pour le mélange des genres, celui des affaires et celui de l’amitié, ce qui n’est pas si fréquent.

« J'avais envie de faire partager ma passion des airs au plus grand nombre de gens possible, sans que cela leur coûte cher. »

Jérôme Giacomoni
Président d'Aérophile

Jérôme Giacomoni s’est-il toujours envisagé en chef d’entreprise ? Il reconnaît ne pas avoir été animé depuis tout jeune par la volonté d’être son propre patron. « Je n’étais pas tenaillé par l’envie de créer “mon” entreprise , explique-t-il.

Le président du leader mondial du ballon captif n’imaginait alors pas davantage que le groupe Aérophile connaîtrait l’extraordinaire développement international qui devait être
le sien.

« Il est très difficile de vous projeter dans l’avenir quand vous avez 25 ans , dit-il. Le président d’Aérophile est un entrepreneur féru de nouvelles technologies, qui joue de son penchant « geek en maniant tous les outils de communication les plus contemporains, en particulier les réseaux sociaux. En postant très régulièrement des messages et des photos sur son compte Facebook, notamment, Jérôme Giacomoni a partagé en temps réel les informations sur l’avancement du chantier du parc du Petit Prince et le compte à rebours de l’ouverture du premier parc aérien au monde. Les frères Montgolfier, Joseph-Michel et Jacques-Étienne, sont ainsi devenus, plus de deux siècles après leur invention, les stars des réseaux sociaux…

Entreprendre est une belle aventure