IBS dope les puces

IBS est devenue en 30 ans le partenaire incontournable de la plupart des fabricants de microprocesseurs dans le monde entier. Isatis Capital accompagne depuis plusieurs années cette PME de technologies de pointe, spécialiste de l’implantation ionique, qui a su parfaitement négocier tous les virages stratégiques qui se sont présentés à elle.

Aucun des Star Wars n’a été tourné en Provence. Mais certaines images de la saga pourraient pourtant provenir directement des sites de production d’IBS (Ion Beam Services).

Salles blanches, accélérateurs de particules produisant des accélérations de plusieurs centaines de kilomètres par seconde – technologies dans lesquelles l’unité de mesure est le milliardième de mètre, techniciens revêtus de combinaisons blanches intégrales... Les activités de cette PME provençale de technologies de pointe – la conception, la fabrication et la vente d’implanteurs ioniques – paraissent en effet plus relever de la science fiction que d’autre chose.
Le métier extraordinairement sophistiqué d’IBS consiste à doper les puces électroniques produites par l’industrie des semi-conducteurs. Les machines fabriquées par la société fondée en 1987 par Laurent Roux, docteur en physique, améliorent les performances des microprocesseurs en transformant les propriétés des matériaux utilisés, comme par exemple la conductivité électrique du silicium. "Nos clients sont les fabricants de puces électroniques comme STMicroelectronics, Samsung, Infineon ou TSMC et des laboratoires de recherche ", explique le P-dg de la PME provençale, qui a parcouru en
30 ans un chemin exceptionnel. "Nous avons été séduits par le positionnement de la société sur un métier très spécifique et par le fait qu’elle avait réussi à développer une technologie unique", constate Nicolas Schwindenhammer, Directeur associé chez Isatis Capital, devenu en 2009 un actionnaire minoritaire significatif à l’occasion d’une augmentation de capital de 3,5 millions d’euros. Cela a représenté une étape clé du développement de la société.
La conception-fabrication d’implanteurs ioniques est l’activité la plus récente de la PME provençale et celle qui possède le plus fort potentiel de croissance. "Nous avons mis l’accent sur la fabrication d’équipements dans les années 2000", explique l’ancien ingénieur en physique. Nous avons commencé par faire du service à façon. Nous intervenions sur des machines fabriquées par d’autres sociétés que la nôtre, précise-t-il. Puis, Laurent Roux s’est rendu compte que le service n’était pas facilement exportable. Quand Isatis Capital est entrée dans le capital de la société, elle réalisait moins de
50 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. Depuis 2015, l’exportation représente 80 % de son volume d’activité. IBS a livré des machines de sa fabrication dans plus de dix pays – en Europe, aux États-Unis, en Russie, au Japon, à Taïwan et en Chine (où elle a vendu sa première machine, fin 2016). La conception et la fabrication des machines de pointe d’IBS, résolument en avance sur leur temps, reposent sur une expertise solide forgée par l’expérience de ses équipes d’ingénieurs et de techniciens sur l’entretien, la modification et l’installation d’une centaine d’implanteurs ioniques en Europe et aux États-Unis.

Le virage de l’international

La société a su valoriser le savoir-faire acquis au cours de ses 20 premières années pour développer sa propre gamme d’équipements. Les trois activités de la PME provençale – la conception et la fabrication d’implanteurs ioniques, la fabrication de composants à façon (le dopage est effectué sur ses sites) et les services (maintenance, réparation) – sont aujourd’hui équilibrées en termes de chiffre d’affaires. Mais les revenus provenant de la vente de machines peuvent varier considérablement d’une année à l’autre : le prix d’un implanteur ionique est de plusieurs millions d’euros. Le superbe parcours d’IBS est à mettre sur le compte d’une autre décision stratégique majeure, prise dans les années 2000, celle de se tourner délibérément vers l’Asie. Les pays asiatiques représentaient 55 % des investissements mondiaux en 2003 dans le secteur des puces électroniques. Ils en représentent 75 % aujourd’hui. L’expertise acquise par IBS, assise en particulier sur une politique de recherche et développement ambitieuse, lui vaut d’être aujourd’hui un partenaire incontournable des fabricants de microprocesseurs sur un marché qui compte très peu d’acteurs. « Dans le domaine du service d’implantation à façon, nous avons un petit concurrent en Chine. Nous en avions trois aux États-Unis, mais deux d’entre eux ont disparu, explique Laurent Roux. Par ailleurs, nous sommes partiellement en concurrence avec les laboratoires de recherche, mais leur modèle économique n’a rien à voir avec le nôtre », poursuit-il.

« Nous sommes le seul acteur européen dans le métier de l’implantation ionique. »

Laurent Roux
PDG d'IBS

Un pari gagnant

La PME provençale s’est fixé pour mission d’accompagner les fabricants de semi-conducteurs et de les équiper en machines capables de les aider à relever les défis technologiques auxquels ils sont confrontés. "Il n’y a pas beaucoup de sociétés qui parviennent à être aussi efficaces dans la mise au point de technologies de pointe", affirme Nicolas Schwindenhammer. Cela se voit notamment dans les réactions des partenaires industriels au regard des excellentes performances des équipements mis au point par IBS, qui reste une PME de petite taille sur ce marché mondial.  Le président-fondateur d’IBS se félicite, en outre, de l’accompagnement d’Isatis Capital. "Les équipes d’Isatis Capital nous apportent un regard extérieur qui est pour nous essentiel", dit-il. Elles nous donnent un avis extrêmement précieux sur l’évolution de la société, ainsi que sur la stratégie. 

Le futur est déjà aujourd'hui

L’électronique est partout ou presque dans notre vie. Ordinateur dans une montre, voiture sans pilote, prothèses actives, tablettes, robots humanoïdes d’assistance, écrans souples, domotique, technologies embarquées, big data (la capacité technologique à traiter des grandes masses de données numériques), cellules photovoltaïques, internet des objets... Certaines applications électroniques peuvent paraître relever davantage du gadget que d’autre chose. Mais d’autres constituent des progrès considérables. Le vieillissement de la population, la baisse de l’empreinte écologique des activités humaines grâce à la diminution de la consommation d’énergie
ou à l’augmentation de la part des énergies renouvelables, représentent des enjeux majeurs dans la société d’aujourd’hui. De nombreuses applications y répondent déjà et celles à venir le feront encore mieux. L’électronique n’a pu prendre la place centrale qu’elle occupe dans la société, et qui grandit de façon spectaculaire chaque année, que grâce à la puissance de calcul phénoménale des microprocesseurs.
Pour ne citer qu’un exemple, les smartphones possèdent aujourd’hui la puissance de calcul des superordinateurs des années 1995. Les implanteurs ioniques de pointe développés par IBS améliorent considérablement les performances des microprocesseurs fabricants de composants électroniques et contribuent, en particulier, largement à l’augmentation de leur puissance de calcul.

« IBS fait partie des rares PME françaises disposant d’un tel savoir-faire dans les technologies de pointe, c’est toute sa valeur.
»

Nicolas Schwindenhammer
Directeur associé chez Isatis Capital

Implantation ionique : Mode d’emploi

L’implantation ionique est une technique qui consiste à bombarder la surface d’un matériau par des faisceaux d’ions grâce à des accélérateurs de particules. Ce bombardement modifie les propriétés physiques des matériaux (par exemple, le silicium). Leur surface est transformée sur des épaisseurs de l’ordre de quelques nanomètres (un nanomètre est un milliardième de mètre). L’implantation ionique est utilisée dans l’industrie électronique pour la fabrication de composants semi-conducteurs.

IBS en bref

Date de création : 1987
PDG : Laurent Roux
Siège social : Peynier, près d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône
Activité : Conception, fabrication et vente d’implanteurs ioniques de pointe
Effectifs : 80 collaborateurs dont 65 en France. Les deux tiers sont ingénieurs ou techniciens.

Portrait de Laurent Roux, PDG d'IBS Découvrir IBS

Entreprendre est une belle aventure