Graitec voit la vie en 3D

Accompagnée par ISATIS Capital, cette PME particulièrement innovante a complètement changé de dimension et révolutionné les métiers de la construction avec ses logiciels de maquettes numériques en 3D pour le bâtiment.

Rien ne saurait mieux résumer le parcours étonnant de Graitec. Pour Bertrand Limoges, directeur associé chez Isatis Capital, qui l’accompagne depuis plusieurs années, « Graitec fournit un exemple saisissant de la transformation d’une petite et moyenne entreprise (PME) en entreprise de taille intermédiaire (ETI).

Francis Guillemard, le P-dg de Graitec, a effectivement fait de la modeste société qu’il avait fondée en 1986 un groupe international occupant une position de leader sur le marché du développement de logiciels de CAO (la conception assistée par ordinateur) et de calcul de structure pour le secteur de la construction.

C’est parce qu’il avait pris toute la mesure des ruptures technologiques auxquelles était promis l’univers des bureaux d’études, des ingénieurs conseils et des architectes, ses clients, que Francis Guillemard s’est lancé dans l’aventure de la création d’entreprise. « Les planches à dessin informatiques ont remplacé, dans les années 1990, les planches à dessin traditionnelles, puis, pour le bâtiment, viennent d’apparaître les maquettes numériques en 3D, rappelle-t-il. Mais le passage de la planche à dessin informatique à la maquette numérique est beaucoup plus révolutionnaire que celui de la planche à dessin
traditionnelle à la maquette numérique.

Graitec, toujours à la pointe du changement quand il s’agit de proposer de nouvelles solutions innovantes qui améliorent la performance de ses clients - sa feuille de route depuis presque trois décennies - , a l’expérience des mutations technologiques, elle qui a démocratisé la réalisation des simulations numériques des structures des bâtiments, réservée jusqu’alors aux grandes entreprises équipées de grands systèmes informatiques. Depuis ses débuts, vite couronnés de succès commerciaux qui ont alimenté une croissance spectaculaire (le chiffre d’affaires de Graitec a - pour ne prendre qu’un exemple - plus que doublé en deux ans, entre 2014 et 2015), Graitec ne cesse de proposer des solutions technologiques de pointe, consacrant une part considérable de ses ressources financières et humaines à la recherche et au développement. « Aucun fournisseur dans le domaine des maquettes numériques ne possède une telle force de frappe, ni une telle capacité de développement, confirme Bertrand Limoges.

« Notre confiance dans les qualités du management et la reconnaissance du développement déjà accompli ne pouvait que conduire à un réinvestissement de notre part. »

Bertrand Limoges
Directeur associé chez ISATIS Capital

Un partenariat décisif

Le « business model du groupe, devenu développeur et fournisseur de solutions globales pour la construction après avoir été seulement éditeur de logiciels de calcul de structure, a dans le même temps considérablement évolué.

L’opération capitalistique originale, réalisée en novembre 2013, a représenté un tournant décisif. Graitec a alors conclu un accord pour la vente de certains de ses actifs technologiques à Autodesk, le quatrième éditeur mondial de logiciels et le leader mondial de la CAO, comprenant, notamment, le transfert de la propriété intellectuelle de deux de ses logiciels phares de structure, ainsi que l’équipe de recherche et développement associée. Le groupe américain a fait, en contrepartie, de la société française le distributeur exclusif des deux logiciels en Europe et noué avec elle un partenariat exemplaire. « Depuis que nous nous sommes positionnés comme un partenaire stratégique d’Autodesk, en complément des technologies reposant sur nos propres capacités de développement, notre croissance s’est considérablement accélérée , constate Francis Guillemard.

La politique ambitieuse de croissance externe menée par Graitec, multipliant les acquisitions et projetant d’en réaliser encore beaucoup d’autres – en particulier à l’étranger –, constitue une autre clé de la réussite spectaculaire du groupe, lequel réalise, aujourd’hui, 82 % de son chiffre d’affaires à l’international, contre 94 % en France,en 2001. 75 % de l’activité en Europe est portée par le Royaume-Uni.

« Nous sommes le seul éditeur à proposer une suite aussi complète et parfaitement intégrée, du calcul à la production de tous les plans. »

François Guillemard
P-dg de Graitec

De grandes ambitions

Quand une partie du groupe a été vendue à Autodesk, le management a repris le reste des activités. C’est à cette occasion qu’Isatis Capital est devenue le partenaire financier
unique de Graitec.

«Nous avions déjà pris un petit ticket en 2005, explique Bertrand Limoges. Nous avons réinvesti significativement, depuis 2014, dans le nouveau groupe constitué après la vente partielle à Autodesk, pour le soutenir dans le redéploiement de son business model, et dans sa politique de croissance externe“. Isatis Capital apporte d’ailleurs, à ce titre, une contribution extrêmement bienvenue en matière d’acquisitions parce que son équipe connaît parfaitement le monde du numérique auquel appartiennent ses cibles. Pour Francis Guillemard, « Isatis Capital joue pleinement son rôle d’investisseur et d’accompagnateur. Leur regard transversal nous est très utile", témoigne-t-il.

Le fondateur de Graitec ne cache pas les grandes ambitions qu’il nourrit, aujourd’hui, pour le groupe dans l’univers de la maquette numérique, le building information modeling (BIM), son axe majeur de développement. « Nous nous sommes engouffrés dans le BIM pour devenir, d’ici à cinq ans, le champion du monde dans ce domaine , affirme Francis Guillemard. De son côté, Bertrand Limoges estime que la société, « largement bénéficiaire , vise désormais le cap des 100 millions d’euros de chiffre d’affaires (contre 67 millions d’euros en 2015). La vie en 3D, mais aussi en rose ?

Lire : Francis Guillemard, toutes voiles dehors

Entreprendre est une belle aventure